Related Articles















Agression de la RDC: « Notre pays est victime d’un grand complot international » (Jonas Tshiombela)

15 juillet 2022
images-23.jpeg
Partager avec :

Le double jeu du Rwanda, le silence de la communauté internationale, l’embargo imposé par les Nations-Unies, la non condamnation de la part des organisations régionales. Tous ces faits montrent noir sur blanc que la RDC est seule contre tous. C’est ce que pense Jonas Tshiombela, coordonnateur de la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC).

Au cours d’un entretien accordé au média KinshasaTimes Jonas Tshiombela a dénoncé sans froid aux yeux l’injustice dont la République démocratique du Congo est victime.

Les organisation sous-régionales muettes ou hypocrites ?

Cet activiste estime que « Nous sommes dans plusieurs espaces, SADC, CIRGL et bien d’autres…, aucun pays de ces espaces ne condamne l’agression d’un pays par un autre du même espace » regrette-t-il.

Et d’affirmer que entre le bien et le mal, il faut prendre position, les pays de CIRGL joue à l’hypocrisie de condamner le Rwanda alors que le sommet tripartite récent à démontré que le Rwanda est l’agresseur du Congo.

« N’attendons rien, ni de la force régionale, ni de la communauté internationale. Nous devons espérer de l’effort congolais bien déterminé » suggère Jonas Tshiombela.

Les traîtres infiltrés à la tête de la RDC

Il a révélé, au grand étonnement et contre toute espérance, que la RDC est piégée à tous les niveaux. Dit-il et même en interne, par des gens qui ont des agendas cachés.

« Notre administration, notre diplomatie, nos services de renseignement et même notre administration sont infiltrés. Toute initiative que prendra l’État est alertée de l’autre côté » a-t-il révélé.

L’entrisme et ses origines

Jonas Tshiombela a remonté le temps pour rappeler qu’en 1997, le Rwanda avait foulé le sol congolais, il eût un brassage et un mixage qui a fait que le dispositif sécuritaire de la RDC contient des étrangers, lesquels travaillent non pour la protection de la population et des biens mais aux ordres des nations dont ils sont originaires.

« l’État doit organiser une table ronde pour se regarder en face, et voir qu’est ce que nous pouvons faire comme congolais pour faire face à cette situation imposée à nous » propose Jonas Tshiombela à l’État.

L’unité de notre pays doit primer sur tout intérêt politique et ethnique, « Nous allons nous déchirer plus tard, pour le moment, restons unis. C’est alors qu’on verra les vrais congolais ».

Le numéro 01 de la NSCC a, par ailleurs, émis de revivre la paix totale en RDC. « Comme société civile, je prône la paix, je préfère que mes compatriotes et les gens qui ont choisi notre pays comme deuxième nation vivent en paix, d’où nous devons prendre notre destin en main, nous mobiliser pour appuyer nos forces armées de manière à donner le nécessaire qu’il faut pour qu’elles puissent sécuriser les personnes et les biens a-t-il conclu.

Partager avec :