Crise sécuritaire dans l’Est : C. Mboso pose des conditions avant toute négociation avec le M23

15 novembre 2022
AD14823E-E094-40AB-872B-DCB9794680E8
Partager avec :

Après avoir été consulté lundi 14 novembre par l’ancien président Kényan Uhuru Kenyatta, facilitateur désigné de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso a exigé aux rebelles de M23 de déposer leurs armes avant toute négociation avec le gouvernement congolais.

Le speaker de la Chambre basse du Parlement a aussi rappelé au facilitateur la nécessité pour le M23 de quitter les territoires conquis et cessez-le-feu avant tout forme de dialogue avec ce groupe qualifié des terroristes.

« Nos attentes, c’est la paix, le M23 est un groupe terroriste, on ne négocie pas avec les terroristes, alors s’il faut négocier avec les terroristes, il faut poser des conditions déposer les armes, quitter les territoires occupés illégalement », a-t-il déclaré.

Christophe Mboso a salué la volonté de l’ancien président du Kenya qui a accepté de porter cette mission délicate.

Le bureau de l’Assemblée nationale conduit par Christophe Mboso N’Kodia Pwanga a répondu à l’appel de l’ancien président Kényan Uhuru Kenyatta, facilitateur désigné de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) qui est venu consulter les acteurs politiques, de la Société civile et leaders de communautés locales.

Christophe Mboso a salué la volonté de l’ancien président du Kenya qui a accepté de porter cette mission délicate.

« Nous allons d’abord remercier le président Uhuru Kenyatta pour avoir accepté cette mission délicate de facilitation. Il a pris cette charge pour essayer de ramener la paix avec le concours de tous les hommes de bonne volonté. Nous sommes venus lui dire ce que nous pensons pour que la paix revienne d’une manière durable et définitive en République démocratique du Congo. Le peuple congolais est un peuple pacifique, le peuple congolais veut vivre en paix en fraternité avec tous les États voisins, ce que nous lui avons dit reste entre lui et nous », a ajouté M. Mboso.

En vue de mettre fin à la crise sécuritaire dans l’Est de la RDC, la Communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC) a annoncé que des pourparlers de paix sur la situation dans l’est de la République démocratique du Congo, en proie à de nombreux groupes armés dont les rebelles du M23, doivent débuter le 21 novembre à Nairobi.

Partager avec :