Related Articles















Guerre à l’Est: Emmanuel de Merode accusé de financer les M23 avec 20.000$ chaque semaine

19 novembre 2022
IMG-20221119-WA0044.jpg
Partager avec :

Ces accusations sont portées contre lui par une des grandes sommités de ce pays. Le ministre congolais de l’Enseignement supérieur et universitaire, Muhindo Nzangi l’a dit au cours d’une interview accordée à la presse ce vendredi 18 novembre 2022.

Pour lui, Emmanuel de Merode ce sujet belge depuis plusieurs décennies et actuellement directeur provincial de l’ICCN/Nord Kivu et directeur du Parc national de Virunga héberge les rebelles du M23 dans son espace qu’ils utilisent comme leur Quartier général à Sarambwe dans le territoire de Rutshuru.

Poursuivant, le ministre Nzangi indique que le M23 continue à s’émouvoir dans le Rutshuru aussi grâce à l’appui financier du directeur du parc national de Virunga. Et les rebelles circuleraient dans des Jeeps de l’ICCN que les octroie Emmanuel Demerode qui les fournit aussi 20.000$ pour se ravitailler en carburant.

Il fait savoir en outre que le patron du parc national de Virunga fait tout cela pour qu’en retour les rebelles du M23 ne détruisent pas le central hydroélectrique de Matebe dans le territoire de Rutshuru qu’il exploite pour fournir de l’électricité à Goma, Nyiragongo et Rutshuru.

Muhindo Nzangi dénonce que pour cet homme, ses intérêts économiques passent en avant-plan des milliers de congolais qui souffrent actuellement des affres de la guerre causée par les M23 qu’il soutient ouvertement.

En outre, il appelle la vice première ministre Eve Bazaiba en charge de l’environnement de le suspendre le plus rapidement possible.

A ceci s’ajoute la libre circulation des éco gardes ( gardes parc) de l’ICCN dans la région sous contrôle des rebelles du M23 a laissé perplexes plusieurs congolais qui ne cessent de se demander le lien entre les deux.

Cependant il est à noter que la loi RDCongolaise réglementant ce secteur indique que les ecogardes de l’iccn sont inviolables dans l’exercice de leurs fonctions de protection de l’environnement même en cas de prise de la zone par un groupe rebelle.

« En temps de paix comme en temps de guerre, les ecogardes de l’iccn bénéficient du statut de non belligérance » note l’article 42 de ladite loi.

Il sied de rappeler que le parc national de Virunga au nord de la ville de Goma reste l’actuel champ de batailles entre les forces armées de la RDC et les rebelles du M23 depuis la reprise des hostilités en novembre 2021.

Partager avec :