Situation sécuritaire dans l’Est : la CENCO projette une marche pacifique le 4 décembre

10 novembre 2022
CENCO
Partager avec :

Dans une déclaration au terme de son assemblée plénière extraordinaire tenue à Kinshasa, du 7 au 9 novembre dernier, la Conférence Nationale Épiscopale du Congo (CENCO) a appelé la population congolaise à une marche pacifique le 04 décembre prochain.

La CENCO justifie sa cette annonce par le fait que, « notre pays est en danger, ne laissons pas balkaniser la RDC. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, ainsi que dans la diaspora, mettons-nous tous debout pour sauvegarder l’intégrité territoriale de notre Pays », indique cette déclaration avant d’appeler, « les chrétiens et les personnes de bonne volonté à jeûner, à prier, à poser des gestes de solidarité envers les déplacés ».

Les évêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo appellent également l’armée congolaise à un sens élevé de patriotisme, de fidélité et de sacrifice.

« La Nation congolaise est très reconnaissante à l’égard de ses soldats qui restent engagés pour la défense de l’intégrité du territoire national au prix de leur vie et ce, malgré la précarité des conditions dans lesquelles ils se trouvent », ajoute-elle.

De l’autre côté, la CENCO soutient les efforts diplomatiques comme une solution éventuelle à « la tragédie ». Elle suggère la mise en place d’un « cadre national large, au-delà des affinités politiques, afin d’évaluer les initiatives déjà prises en vue d’arrêter de nouvelles stratégies pour sauver la Nation».

« Dans ce même registre, il faudrait aussi éviter les alliances avec ceux qui ont développé une forme de mercantilisme militaire ayant comme vraies motivations le pillage des ressources naturelles de la RDC et l’occupation de ses terres», avertit la CENCO.

Aussi, cette dernière a fustigé « une attitude hypocrite qui révèle une certaine complicité » de la communauté internationale et les organisations régionales qui « disposent des leviers pour faire justice au peuple congolais ».

Par ailleurs, elle estime, « qu’il faudra impérativement réduire le train de vie de nos institutions et de nos dirigeants pour renforcer nos moyens de défense, moderniser, équiper conséquemment notre armée et bien motiver nos forces de sécurité ».

Partager avec :